lundi 31 octobre 2016

Le Horla - Guy de Maupassant


Bonjour chers lecteurs,
Aujourd’hui je vous parle d’un classique de la littérature française. Je suis sure qu’on a tous lu ce livre à l’école dans le cadre du cours d’introduction au fantastique. C’est un classique étonnant car Guy de Maupassant est le premier auteur du 19ème siècle qui a écrit sur le thème de la folie. Effectivement ici nous sommes dans un récit tragique de la démence.

Titre du livre :
Le Horla
Auteur :
Guy de Maupassant
Editions :
Larousse classiques
Genre :
Nouvelle fantastique
Date de sortie :
Avril 1999
Pages :
143 (dossier inclus)
Thèmes :
Folie, angoisse, surnaturel

Résumé éditeur :

Quel est cet être impalpable et mystérieux, ce Horla tapi dans l'ombre, prêt à bondir pour posséder sa proie ? On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient.
Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...

Mon avis :

Si on devait qualifier cette nouvelle en quelques mots se serait peur, folie, angoisse, horreur. C’est un livre qui ne paie pas de mine mais pour moi c’est un des livres emblématiques de la peur et du thème de la folie.

C’est une nouvelle très bien écrite. Dans mon édition j’ai la version de 1886 et de 1887. Dans celle de 1886 on est plus dans le récit fantastique où le personnage principal va raconter son expérience du surnaturel au près du corps médical constitué de psychiatres. Dans la version de 1887, celle à laquelle on se réfère habituellement, le texte est écrit sous forme de journal intime. Le narrateur écrit au jour le jour dans son journal et décrit son expérience surnaturelle.


Dans cette histoire, le narrateur confie dans son journal intime une expérience bouleversante qui perturbe sa vie. Dans sa maison en bord de Seine, il a une étrange sensation, il est perturbé car il sent autour de lui une présence invisible. Il sent qu’il y a quelqu’un ou quelque chose tout près de lui, mais il peut pas le voir, ne peut pas le toucher. C’est une sensation très étrange et dérangeante, extrêmement angoissante qui le paralyse et qui le terrifie de toute son âme.

Le Horla c’est l’histoire d’un homme qui sombre peu à peu dans la folie et qui est confronté à des phénomènes surnaturels qui dépassent l’entendement.
Il est convaincu de la réalité des phénomènes qui l’entourent, il en prend même note dans son journal, sous forme de preuves. Il est convaincu de la réalité de ce phénomène mais en même temps il est extrêmement perdu et son rapport à la réalité est faussé et étrange. Ce qui laisse à penser que notre narrateur serait schizophrène, bipolaire ?

Maupassant explore ici avec tout son talent narratif, une âme fortement tourmentée.
C’est une lecture troublante que je vous conseille si vous cherchez une nouvelle fantastique assez flippante.

Le lecteur peut lui aussi sombrer dans la folie et la paranoïa à la lecture de ce livre. Tout comme le narrateur on se demande ce qu’il se passe, est-ce que c’est réel ? Quelle est cette présence invisible qui le hante et qu’il nomme Le Horla ?
C’est une lecture extrêmement prenante qui ne vous laissera pas indemne.

Le Horla c’est angoissant, c’est étrange, déstabilisant mais je trouve que c’est une nouvelle particulièrement intéressante et originale.


Petit conseil bonus : pour compléter votre lecture je vous conseille la bande dessinée Le Horla de Guillaume Sorel parue en 2014. C’est une BD sublime qui reprend très bien les évènements du Horla. 

En quelques mots :
Un petit plaisir de la littérature à déguster sans modération !

Ma note pour ce livre :
5/5



dimanche 30 octobre 2016

Le mythe de Cthulhu - HP Lovecraft

Amateur de frissons, de créatures qui bougent dans l’ombre, bienvenue dans l’univers de Lovecraft. Halloween approchant à grand pas, c’est une lecture parfaite pour cette période de l’année où nous autres pauvres mortels cherchons à nous faire peur. Je vous propose de découvrir aujourd’hui Le mythe de Cthulhu, un des textes incontournables de la littérature de l’horreur.

Titre du livre :
Le mythe de Cthulhu
Auteur :
Howard Phillips Lovecraft
Editions :
J’ai Lu
Genre :
Fantastique / Horreur
Date de sortie :
Avril 1996
Pages :
191
Thèmes :
Horreur, créatures monstrueuses, enquête, surnaturel



Résumé éditeur :

Lire Lovecraft, c'est permettre à la Peur de pénétrer votre intérieur… Créatures abyssales, dieux immondes venus du cosmos, Nyarlathotep, Azathoth, Cthulhu, ayez pitié de nous pauvres lecteurs... Partout dans le monde renaissent des rituels hideux, typiques d'un culte blasphématoire que l'on croyait disparu à jamais : le culte de Cthulhu. Les peuplades primitives se révoltent pour adorer d'odieuses idoles à l'effigie de la monstrueuse créature céphalopode, endormie depuis des millions d'années dans sa demeure sous-marine de R'lyeh. Les temps seraient-ils venus ? À travers les États-Unis, quelques hommes courageux, comme le professeur Angell, de Providence, l'inspecteur Legrasse et le premier lieutenant Johansen, vont tenter de s'opposer au réveil de Cthulhu. Mais que peut le courage contre une abomination venue d'outre-espace, dont la simple vue suffit à vous faire perdre la raison ?

Six nouvelles terrifiantes, ou se déchainent des forces que l’esprit humain ne parvient même pas à concevoir…

Mon avis :

Doit-on rappeler que Lovecraft est considéré comme l'un des écrivains d'horreur les plus importants du XXe siècle, qu’il a inspiré notamment Stephen King, Neil Gaiman ou Dan Simmons ? On peut aussi rappeler qu’il est né en 1890 et mort en 1937 donc très jeune. Autre fait à rappeler c’est que ses deux parents ont été internés en hôpital psychiatrique à cause de graves troubles psychiques, voire même pour de la démence. On peut donc supposer que ces événements ont fortement marqués son être et ont influencés ses écrits.

Mr Lovecraft était malheureusement assez extrémiste dans ses idées politiques et connu pour être raciste. J’ai lu Le mythe de Cthulhu en sachant que le monsieur avait quand même des idées très spéciales et ça ne m’a pas gâché la lecture même si je dois quand même souligner que je l’ai senti à une ou deux reprises, assez méprisant à l’égard des classes « inférieures ». On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas la peur de l’autre et de la différence qui l’a inspiré dans ses écrits. Je ne sais pas.

En revanche, on ne peut pas nier que l’auteur a un talent de narration et d’évocation très puissant. Le style de Lovecraft est très « académique », il respecte vraiment les lois du fantastique classique, dans le sens où il va tenter de venir appuyer chaque évènement surnaturel en apportant une preuve, un témoignage. La démarche de Lovecraft est presque « scientifique », dans le sens où il va justifier chaque fait énoncé, il met tout en œuvre pour apporter des preuves pour rendre son mythe le plus crédible possible et je dois dire que c’est incroyablement bien réalisé.

Attention le style de Lovecraft peut paraître inaccessible dès les premières lignes, mais ça ne m’a pas dérangé car j’aime explorer ces styles littéraires un peu complexes.


Les six nouvelles que nous trouvons dans ce livre sont écrites sous forme de témoignage. Les narrateurs sont à chaque nouvelle différent, ils ne sont pas vraiment identifiés ni identifiables. On va les suivre dans des enquêtes sur des événements mystérieux et dans une ambiance assez sordide. On sent qu’il y a des puissances qui dépassent notre entendement. L’univers de Lovecraft c’est une puissance cosmique. Il a créé une mythologie de monstres cosmiques qui viennent de l’espace, d’une autre dimension. Il arrive à faire naitre en nous un sentiment de peur, quelque chose de très profond, qui laisse une marque en nous.

Avec ce recueil de nouvelles, nous découvrons les origines du mythe de Cthulu. Un livre où se déchainent des forces que notre esprit ne peut pas concevoir.
Qu’est-ce donc que Cthulhu ? Un monstre immonde, gélatineux à l’effroyable tête de pieuvre aux tentacules convulsés, aux relents fétides, qui laisse une trainée verdâtre autour de lui. C’est un des grands anciens dans la mythologie de Lovecraft.
Un monstre horrible, terrifiant, une des plus grandes créatures qu’a créé l’auteur, avec Nyarlathotep, Azathoth, Shub Niggurath.

Ce sont des récits narrés à la première personne, ce qui accentue l’immersion dans le monde de la peur. On est au plus près de l’action et des descriptions et on ne peut pas y échapper. On ne peut plus fuir. Bienvenue dans le monde de la peur et des délires cosmiques… mais sont-ce vraiment des délires ? est-ce que tout cela est bien réel ? Laissez-vous raconter ces nouvelles par Lovecraft. Vous n’en ressortirez pas indemne. L’auteur a le don de décrire avec précision tout ce qui entoure le narrateur. Il a l’art de la suggestion et de l’évocation. Il crée une atmosphère très oppressante et glauque qui croit au fil des découvertes des différents narrateurs.

L’auteur fait appel à notre imagination, il insinue en nous une peur presque incompréhensible, une peur de l’au-delà, qui nous dépasse complètement, c’est un délire cosmique c’est-à-dire qu’il créé une mythologie qui vient d’ailleurs, que nous humain on ne peut pas comprendre, c’est une autre dimension. Il créé tout un panthéon de monstres tous plus terrifiants les uns que les autres. 

Le mythe a pris forme dans mon esprit, l’auteur a réussi à m’imprégner d’images horribles et surtout des bruits, des bruits terrifiants de bestioles qui viennent vous faire flipper.
Au cours de ma lecture je n’ai pas eu excessivement peur, je ne vous promets pas des sueurs froides mais par contre c’est après, en refermant le livre, en y repensant, que des images ont ressurgi malgré moi, des images, des bruits.

Les 6 nouvelles :

- L’appel de Cthulhu : la nouvelle introductive au mythe donc très importante, que j’ai beaucoup aimé
- Par-delà le mur du sommeil
- La tourbière hantée : une de celle qui m’a fait le plus peur
- La peur qui rôde : idem, flippante
- La couleur tombée du ciel : un peu longue et un peu complexe, je ne suis pas sûre de l’avoir bien comprise
- Celui qui chuchotait dans les ténèbres



En quelques mots :
Le mythe prend forme dans mon esprit, les abominations, les monstrueuses créatures, les images et les bruits terrifiants sont imprimés dans mon imaginaire.
Une excellente découverte. Un texte mythique, fondateur. Un petit livre assez terrifiant que je vous conseille pour Halloween.


Ma note générale pour ce livre :
5/5



dimanche 23 octobre 2016

La vie est facile ne t'inquiète pas - Agnès Martin-Lugand

Après Les gens heureux lisent et boivent du café, Agnès Martin-Lugand nous propose la suite de l’histoire de Diane. Ayant beaucoup aimé suivre cette femme et son aventure en Irlande, je ne pouvais que me procurer cette nouvelle histoire. Tout comme le premier volet, j’ai adoré La vie est facile ne t’inquiète pas, j’ai passé une agréable après-midi de lecture, en passant du rire aux larmes en l’espace de 250 pages.

Titre du livre :
La vie est facile ne t’inquiète pas
Auteur :
Agnès Martin-Lugand
Editions :
Pocket
Genre :
Roman contemporain
Date de sortie :
Juin 2016
Pages :
251
Thèmes :
Deuil, amour, Irlande, reconstruction

Résumé éditeur :
Rentrée d’Irlande, Diane est bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux « Gens heureux lisent et boivent du café », son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et, surtout, il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car elle ne peut se remettre de la perte de sa fille. Bientôt, un événement inattendu va venir bouleverser les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé. Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ?
Mon avis :

J’étais curieuse de savoir ce que l’auteur avait réservé à Diane dans cette suite. Je n’ai pas été très surprise mais je n’ai pas été déçue. C’est vrai que la fin est tout de même attendue. En tant que lecteur, on sait tous ce que Diane devrait faire pour son propre bonheur, il n’y a qu’elle qui ne le sait pas. Ou qui ne veut pas se l’avouer.
Comment envisager une vie amoureuse stable alors que Diane a tragiquement perdu mari et enfant ? Bien sur cela ne se fait pas en deux claquements de doigts, certaines blessures ne peuvent pas être refermées.

Dans Les gens heureux lisent et boivent du café on suivait Diane un an après le drame, elle était en pleine dépression, après avoir éprouvé déni, colère et tristesse. Ici on est vraiment dans la phase d’acceptation et de reconstruction, et on assiste aux doutes et aux interrogations de Diane. L’Irlande ne s’oublie pas aussi facilement…

J’ai encore une fois été séduite par la plume de l’auteur, Agnès Martin-Lugand réussit à faire surgir des émotions très fortes en à peine quelques lignes. Plusieurs passages de cette histoire m’ont émues aux larmes. Et j’aime quand un auteur arrive à me faire ça. La plume d’Agnès Martin-Lugand est vraiment efficace, sans fioritures, et nous offre des petites touches d’humour très sympathiques.

Le personnage de Félix, le meilleur ami gay, encore une fois m’a gonflé par son caractère très exubérant. Mais il est essentiel à ce roman et apporte vraiment un bon dynamisme dans l’ensemble. Quant aux personnages irlandais j’ai été ravie de les découvrir plus en détail ici.  

Toute la question principale de ce livre c’est comment tourner la page ? Comment trouver le courage de se lancer dans une relation amoureuse après un deuil d’une telle ampleur ? Comment accepter la présence d’autres enfants dans sa vie après avoir perdu son enfant unique ? Ces thèmes m’ont énormément touché, je trouve qu’ils sont bien abordés car oui c’est une histoire courte et simple mais toute la subtilité de ce roman réside dans ce que l’auteur arrive à nous transmettre comme émotions. C’est cela qui surprend et c’est pour ça que j’ai dévoré ce livre.

Par contre ma toute petite déception c’est que Diane est gérante d’un café littéraire à Paris dans lequel on est beaucoup présent, plus que dans le premier tome, mais je suis étonnée de n’avoir trouvé aucune référence littéraire, aucun titre de livre. Diane à défaut d’être une passionnée de lecture, est par contre une accro au café et à la clope. Ce livre pue le tabac ! Mais bon ça reste un détail et on peut facilement passer au-dessus.

Je suis satisfaite de la fin de l’histoire, je trouve que c’est la fin idéale pour Diane, il ne pouvait pas en être autrement. Je vous recommande ce livre si vous avez aimer
Les gens heureux lisent et boivent du café. C’est le genre de petite histoire qui fait du bien et qu'on est heureux d'avoir lu.

Citations :

« Chaque décision imposait des pertes, d’abandonner des morceaux de sa vie derrière soi. »
En quelques mots :

Un roman sans surprise mais je l’ai beaucoup aimé. L’auteur a le talent de nous faire ressentir des émotions sincères et pures le temps de 250 pages. On passe par le rire, joie, tristesse, doutes, avec Diane et au final on va de l’avant !


Ma note pour ce livre :
4,5/5






Mon avis sur : Les gens heureux lisent et boivent du café :


samedi 22 octobre 2016

Harry Potter et l'Enfant Maudit

J’ai enfin décidé de vous donner mon avis sur Harry Potter and the Cursed Child.
Il m’a fallu du temps pour mettre mes idées en place. Quand j’ai terminé ma lecture il y a deux mois, j’avais comme une désagréable sensation que je n’ai pas réussi à identifier tout de suite. J’ai gardé mon ressenti pour moi et n’en ai parlé à personne mais aujourd’hui il faut que j’en parle. Je suis très mitigée sur ce livre. Il y a du bon et du moins bon, je dirais même du très décevant. Cet article sera SPOILER FREE.

Résumé éditeur :
Être Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Mon avis :
Déjà je n’ai pas retrouvé la magie de l’écriture de J.K Rowling. C’est normal me direz-vous, tout d’abord car ce n’est pas un roman mais une pièce de théâtre. Jack Thorn a écrit le script, avec John Tiffany qui a réalisé la pièce, et J.K Rowling a sans doute « chapeauté » le tout mais elle ne l’a pas écrit. Et je m’attendais à la magie de Rowling sans doute car son nom est écrit en gros sur le livre, première déception donc, ce n’est clairement pas du Rowling, et je suis outrée qu’elle ait donné sa validation sur certains évènements relatés dans cette histoire. Ma première question c’est pourquoi ? Pourquoi nous avoir laissé croire que c’était la huitième histoire d’Harry Potter ? Pour moi cette histoire ne s’inscrit absolument pas dans la continuité de la saga, ça ressemble à une fan-fiction. Une interprétation possible mais peu crédible de ce qui aurait pu se passer 19 ans après. Je n’adhère pas du tout à cette version de l’histoire, tout simplement car il y a beaucoup trop d’incohérences !



Les aspects positifs :

Pendant ma lecture j’étais tout de même très emballée, c’était un plaisir de se retrouver dans cet univers, on se retrouve directement sur la voie 9 3/4. Je me faisais une joie de découvrir les enfants d’Harry et de découvrir leurs aventures. On va suivre Albus Severus Potter, qui a hérité du caractère de cochon de son père, qui fait ses premiers pas à Poudlard. Comme son père 19 ans plus tôt, il redoute d’être envoyé à Serpentard. L’histoire se déroule sur plusieurs années scolaires (4 ou 5 me semble-t-il ?), ce qui m’a un peu étonné car on est habitué à un tome pour une année. Donc le temps défile très vite.

Le rythme est plutôt bon, il y a de l’action, la lecture est rendue très fluide grâce à des dialogues courts et une bonne dose d’humour. Je n’aime pas lire des pièces de théâtre habituellement mais là j’ai trouvé que c’était agréable. C’est un livre que l’on lit très vite.

La bonne surprise de cette histoire c’est le personnage de Scorpius, le fils de Draco Malefoy et Astoria. J’ai adoré ce personnage, il est drôle, loyal, et il est clairement essentiel, je trouve même qu’il prend le dessus sur Albus qui est censé être le personnage principal. Il est plus charismatique et plus intéressant. Scorpius c’est enfin le personnage qu’il fallait, le personnage PARFAIT pour redorer le blason de la maison Serpentard selon moi.

La pièce est divisée en 2 actes. L'acte 2 est beaucoup plus intense et spectaculaire mais je pense que j'ai préféré l'acte 1, beaucoup moins WTF que le second.


Maintenant les aspects négatifs :

La première chose qui me vient en tête après avoir terminé ce livre : What the fuck ? Comment JK Rowling a-t-elle pu participer à cette mascarade ? c’est un sacrilège, une aberration.  

Première déception : on suit Albus et Scorpius et un peu Rose la fille d'Hermione et Ron mais les autres enfants de la nouvelle génération comme James, Lily et Hugo sont inexistants.

Le personnage de Ron, OMG qu’ont-ils fait de lui ? C’est devenu le clown de service, le mec trop lourd, le beauf par excellence, un personnage ridicule et pathétique. J’ai détesté ce que les auteurs ont fait de lui, quel dommage de l’avoir exploité ainsi.

Hermione, devenue ministre de la Magie commet une erreur monumentale selon moi mais je ne peux pas vous dire ce que c’est sans vous spoiler. Elle perd de son caractère et ne semble presque pas faite pour le poste qu’elle occupe. De même pour Ginny qui est quand même assez effacée.

Harry apparait comme assez maladroit dans son rôle de père surtout avec Albus. Il y a une phrase qu’il dit à son fils et je ne peux pas croire qu’Harry ait pu dire cela ! Jamais au grand jamais le Harry que je connais n’aurait dit à son fils : « J'aurais aimé que tu ne sois pas mon fils ». Impossible. Lui qui a eu une enfance tellement pourrie chez les Dursley et le fait qu’il n’ait jamais connu ses parents, je peux accepter qu’il fasse des faux-pas en tant que père. Je ne doute absolument pas de l’amour qu’il a pour ses enfants, et il y a quelque chose de touchant à le voir en tant que père mais cette phrase m’a fait sortir de mes gonds !

Bref le trio emblématique Harry/Ron/Hermione perd complètement de son charme et de sa saveur. Heureusement que le duo Albus/Scorpius est plutôt intéressant et leur amitié assez bien développée, avec un choix plutôt osé concernant Albus.


Le retour dans le temps est un des thèmes principaux de l’histoire car OUI le retourneur de temps fait son grand retour ! ... (je sens que les retourneurs de temps vont faire exploser les ventes d’objets dérivés Harry Potter).

Attention donc préparez-vous à voyager dans le temps car en effet notre duo Albus/Scorpius va essayer de retourner dans le passé pour modifier un évènement.
Très DANGEREUX. Messieurs Thorn et Tiffany, cela est très risqué de baser une pièce de 5h30 sur une chose aussi dangereuse que le retour dans le temps. Assurez-vous de le faire bien et de le rendre crédible au moins !

Première incohérence : les retourneurs de temps ne sont pas censés avoir été détruits dans la salle des prophéties dans le tome 5 ?

Deuxième incohérence : comment se fait-il que Madame le Ministre de la Magie ai pu être aussi négligente ? N’est-elle pas censée être une sorcière extrêmement intelligente ?

Le retourneur de temps est un objet magique très puissant et dangereux et là dans cette histoire, c’est limite un simple jouet entre les mains de deux ados inconscients… ou comment tuer toute la magie d’un superbe objet puissant. J’ai l’impression que les auteurs se sont amusés à faire n’importe quoi avec cet objet.

 Je m’attendais à une VRAIE suite dans laquelle on se serait intéressé à la nouvelle génération de sorciers et à leurs nouvelles aventures. Les auteurs n’ont-ils pas assez d’imagination pour nous pondre quelque chose de nouveau tourné vers l’Après-Voldemort ou lieu de nous retourner dans le passé ? Pour moi les évènements des 7 tomes Harry Potter sont gravés et je ne vois pas l’intérêt de vouloir réécrire l’histoire. Ça ne me dérange pas que les fans dans leur coin tentent de réécrire l’histoire, chacun fait ce qu’il veut mais je ne tolère pas qu’on nous vende un bouquin à 20 balles et qu’on nous vende Harry Potter et l’enfant maudit comme la 8ème histoire et que ce soit validé par JK Rowling. C’est juste une mauvaise fan-fiction qu’on aurait pu dénicher sur Internet !

Il y a énormément de passages qui m’ont fait lever les yeux au ciel. Comment Albus qui est pourtant doué en potion peut proposer à Harry de faire une Polyjuice potion "vite fait" alors que cela prend en réalité un mois ? J’en viens à me demander si Jack Thorn a réellement lu la saga attentivement …

Je suis vraiment CHOQUEE par la révélation principale concernant Voldemort, c’est risible tellement ça en est inconcevable. C’est nul, nul, nul, pas crédible, aberrant.


L’intrigue en elle-même n’est pas mauvaise mais bourrée d’incohérences que je ne peux pas supporter. Quelle déception, Harry Potter et l’enfant maudit me laisse un désagréable goût de Bieraubeurre rance, de Chocogrenouille moisie, de potion amère. Ce n’est clairement pas une lecture indispensable !
Ce livre reste une interprétation possible mais vraiment mauvaise.


Malgré quelques points positifs comme le personnage de Scorpius, la magie n’a pas vraiment opéré cette fois avec Harry Potter et l’enfant maudit.
Beaucoup trop d’éléments improbables et incompréhensibles qui rendent l’histoire très bancale. Ça ne tient pas debout !


Par contre la pièce de théâtre doit être sympa à regarder mais c’est dommage d’avoir fait autant de bruit autour de ce livre pour un résultat aussi décevant. Malheureusement tous les fans n’auront pas le plaisir d’aller voir la pièce, nous voilà -t-on désormais dans un univers réservé à ceux qui auront les moyens d’aller au théâtre ? Harry Potter qui est une saga populaire par excellence est-elle désormais réservée à une communauté élitiste de fans ?

Je ne pense pas qu’il faille en conclure quelque chose d’aussi extrême, ce qui est plus évident en revanche c’est qu’il est bon de s’interroger sur ces sorties littéraires qui font grand bruit à coup de pub et d’opération marketing. Méfiance méfiance vis-à-vis de ce qu’on veut nous faire acheter à tout prix, attentions les arnaques littéraires sont parfois là où on ne les attend pas.

En bref :
Cela reste mon ressenti après ma première lecture. J'ai pris du plaisir à découvrir cette histoire mais je suis déçue dans l'ensemble pour tous les aspects que j'ai énoncé. Peut-être qu'après plusieurs relectures mon avis changera et s'adoucira et que j'arriverai à plus apprécié cette "huitième histoire" de mon univers préféré. C'est tout ce que je me souhaite.

Petite question pour finir : selon vous qui est l’enfant maudit ?

On est d’accord ce n’est pas Albus ? J’ai lu sur des blogs que certains pensent que c’est lui mais je ne pense pas du tout. Je ne peux pas en parler car cela contient un spoiler important mais si vous souhaitez me répondre en commentaire, mettez une petite note SPOILER devant votre réponse. Je ne veux pas tuer la surprise pour ceux qui ne l’ont pas lu.

Citations :
« The truth is a beautiful and terrible thing, and should therefore be treated with caution. »

« Harry, there is never a perfect answer in this messy emotinal world. Perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. In every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again. Be honest to those you love, show your pain. To suffer is as human as to breathe. »

En quelques mots :
Une bien triste déception malgré le plaisir certain à retrouver l’univers que j’aime tant.
Une intrigue bien trop bancale pour être crédible.
Harry Potter est bien trop sacré pour moi et j’avais beaucoup d’attente dans ce livre. Je ne le considère absolument pas comme la 8ème histoire. C’est une histoire possible mais elle ne m’a pas convaincu. Une lecture loin d’être indispensable !


Ma note pour ce livre :
2,5/5



jeudi 20 octobre 2016

TOP 10 : Ces livres qui m’ont fait aimer la lecture, Mes meilleurs livres d'enfance (de 8 à 14 ans)


Bonjour chers lecteurs,


Aujourd’hui je vous propose un TOP 10 de mes meilleures lectures d’enfance et d’adolescence que j’ai lues approximativement entre 8 et 14 ans. C’est quelque chose qui me tient beaucoup à cœur, car chacun de ces livres m’a profondément marqué et ils ont contribué à faire de moi l’adulte et la lectrice que je suis maintenant. Je tiens à préciser que j’ai adoré chacun des livres cités et qu’ils ne sont pas classés par ordre de préférence à part le n°1 qui est clairement indétrônable.

Je recommande chaleureusement chacun de ces titres à tout le monde. Si vous avez un enfant ou un ado et que vous cherchez à le faire lire, vous pouvez lui en proposer un de cette liste facilement, et je suis sûre que même adulte vous apprécierez cette sélection. Personnellement je pourrais tous les relire infiniment sans me lasser. J’espère que cela vous plaira et que vous partagerez vous aussi avec moi ces livres si précieux que vous avez découvert enfant ou ado, qui vous ont passionnés et fait aimer la lecture.


Bonne lecture

Bises xxx

Marie



1.   Harry Potter à l’école des sorciers, J.K Rowling


Il ne pouvait pas en être autrement, ce livre sera toujours numéro 1 pour moi, c’est l’indétrônable. Je serai toujours infiniment reconnaissante à ma prof de français en classe de 6ème qui nous a fait lire Harry Potter à l’école des sorciers pour le cours sur le genre fantastique. Quel bonheur… aussitôt lu aussitôt ensorcelée. Je ne savais pas à l’époque que ça deviendrait ma saga favorite de tous les temps et que je grandirai avec mon petit Harry. Durant 7 tomes j’ai vibré, j’ai rêvé, j’ai pleuré au rythme de ses aventures. J’attendais les sorties avec une telle impatience ! Pour moi c’est clairement le livre qui a changé ma vie. C’est la saga littéraire qui m’a fait le plus rêvé, je n’ai jamais retrouvé dans aucune autre saga, les sensations de lecture que j’ai éprouvé avec Harry Potter. J.K Rowling m’a fait rêver, elle m’a émue, elle m’a étonné, m’a déchiré le cœur, m’a fait rire. La magie a opéré à 2000% je ne peux que vous encourager à lire Harry Potter si ce n’est pas déjà fait.



    2.   Le tour du monde en 80 jours, Jules Verne

Jules Verne est un grand auteur, si vous ne l’avez jamais lu, foncez ! Il était un grand visionnaire et ça ressent dans ses ouvrages particulièrement dans celui-ci entre grandes découvertes et développement des moyens de transport. Ici c’est une lecture qui m’a fasciné car elle a ouvert les portes de mon imagination. C’est un livre qui m’est cher car il a non seulement développé ma passion de la lecture mais également ma passion des voyages.

J’ai adoré le personnage de Phileas Fogg, gentleman anglais qui fait le pari avec ses membres du Club de faire le tour du monde en 80 jours. Un pari fou !

J’ai adoré suivre Phileas et son Passepartout son serviteur française dans leurs folles péripéties. Vont-ils remporter leur pari ? Réponse dans le livre.

J’ai dévoré ce livre et je vous le conseille vivement.





3.   Charlie et la chocolaterie, Roald Dahl


Pour moi ce livre est une petite merveille. C’est un rêve d’enfant. Charlie est un petit garçon qui vit dans une extrême pauvreté. Le seul lit de la maison est occupé par les 4 grands parents de Charlie, tandis que lui et ses parents dorment sur un matelas par terre. Ils ne mangent pas beaucoup, leur alimentation se résume à du chou et des patates. Charlie ne rêve que d’une chose : de chocolat. Il vit juste à côté de la grande chocolaterie de Willy Wonka et il s’arrête devant les portes tous les jours pour sentir les délicieuses odeurs de chocolat. Alors toute l’année sa famille se prive et économise pour lui offrir une barre chocolatée pour son anniversaire. Il va faire durer sa barre de chocolat pendant des semaines et des semaines. Charlie est un personnage vraiment touchant. Un jour il va avoir la chance de visiter la chocolaterie en compagnie d’autres enfants.
J'ai adoré l'atmosphère qui se dégage de la chocolaterie, avec Willy Winka et les Oompa Loompa. C'est un univers très enfantin, magique, féérique et à la fois on a la description de la dure réalité avec la famille de Charlie.
C'est un de mes livres d'enfant préféré, et il est un incontournable de la littérature jeunesse, foncez !

4.   Le seigneur des anneaux, J.R.R Tolkien

C’est en 2001, après avoir vu le magnifique film de Peter Jackson, La communauté de l’anneau, que j’ai couru m’acheter la trilogie en livre.
C’est une des sagas qui m’a enchanté le plus. Ça m’a passionné, j’ai adoré la plume de Tolkien, je suis en admiration totale devant son écriture et l’univers qu’il a créé. J’ai adoré tous les détails, il n’y a pas de fioritures dans son écriture. Certains trouvent que les descriptions sont trop longues et ennuyeuses mais moi pas du tout ! tout est absolument essentiel. J’en garde un souvenir magique et ils font partie des livres qui m’ont donné la passion de la lecture.




  5.   Sa majesté des mouches, William Golding

Je remercie grandement mon professeur pour m’avoir fait découvrir ce livre que j’ai lu à l’école. Dans ce livre on va suivre une bande de garçons entre 6 et 12 ans qui suite au naufrage de leur navire vont s’échouer sur une île déserte. On va être en présence uniquement d’enfants, et en fait ce livre va traiter de comment ils vont survivre. On va les voir mettre en place une communauté avec une hiérarchie. Ce livre est dingue, on est en présence d’enfants mais il va y avoir des passages très sauvages, violents et cruels. C’est un roman allégorique qui va mettre en scène une société humaine mais dirigée par des enfants. Ce livre m’a vraiment marqué, je ne peux que vous le recommander que vous soyez enfant, ado ou adulte, ce livre est une petite merveille.






6.   L’histoire d’Helen Keller, Lorena A. Hickock


C’est un livre que j’avais emprunté à la bibliothèque entre 8 et 10 ans. C’est une histoire très touchante, on va rencontrer Helen, une petite fille aveugle, sourde et muette, qui vit dans une prison horrible, elle est emprisonnée dans son propre corps car elle ne peut pas communiquer.

C’est l’histoire d’Helen et aussi de sa rencontre avec Anne, qui va devenir son professeur   . Cette rencontre va changer la vie de la petite fille car avec détermination et persévérance, Anne va tout faire pour qu’Helen sorte de sa prison, elle va mettre en place plein de petites choses pour entrer en contact et communiquer. Quand j’ai lu ce livre, j’étais petite et j’ai pris une grosse claque, ce roman c’est une vraie leçon d’humilité. Ça m’a ouvert l’esprit, ça m’a permis de relativiser, et je me suis rendue compte que je n’étais pas si malheureuse que ça et que j’étais chanceuse d’avoir la vue, l’ouïe et la parole.  C’est vraiment un livre à lire quand on est enfant parce que c’est une grosse claque, une belle leçon d’humilité. Plusieurs passages sont durs mais il y a de très beaux messages derrière. C’est l’histoire d’une petite fille qui va s’éveiller au monde, malgré tous ses handicaps elle va prendre son envol. C’est une très belle histoire que je vous recommande chaleureusement.



7.   Le mystère de la chambre jaune, Gaston Leroux

J’en garde un excellent souvenir de lecture. J’avais adoré cette histoire. On va suivre Joseph Rouletabille, détective qui va enquêter sur une tentative de meurtre à huis clos dans cette mystérieuse chambre jaune, fermée de l’intérieure. Le huis clos est parfait et le mystère nous entraine du début à la fin dans un très bon rythme, très haletant. D’aussi loin que je me souvienne c’est le premier roman policier que j’ai lu, une enquête captivante, une révélation incroyable à la fin avec la vérité qui éclate au grand jour lors du procès. Je vous recommande chaleureusement ce livre au suspense intense, une énigme insoluble, un Rouletabille passionnant, un chef d’œuvre du genre roman policier, à énigme.





8.   Le lion, Joseph Kessel

Un livre que j’ai lu vers 8 ans et que j’ai beaucoup aimé. Premièrement pour le cadre, ici on se trouve en Afrique au pied du mont Kilimandjaro. On va rencontrer Patricia, une petite fille qui vit avec ses parents, son père étant un chasseur repenti en charge d’une réserve naturelle. Patricia a grandi au contact des animaux sauvages et déambule librement parmi eux. Elle va lier une relation très forte avec King le lion. Une histoire très touchante, pleine de vérités, il y a pas mal de messages réalistes, des passages durs aussi, un livre que j’ai beaucoup aimé.

C’est un roman d’aventures et d’initiation nous emmenant droit vers une fin tragique, mais un dépaysement certain !







  9.   Histoires extraordinaires, Alain Decaux

Ça peut paraitre un peu surprenant mais j’étais obligé de mettre ce livre dans mon Top 10. Encore un livre découvert en fouinant dans la bibliothèque de mes parents vers 13 ans. Je me suis lancé dans cette lecture un peu au hasard et j’ai été totalement captivée. Alain Decaux a un vrai talent de conteur, ce livre est juste génial. Dans ce livre l’auteur nous propose 10 petites histoires non fictives. Il va reprendre des évènements de l’histoire et nous les raconter avec un style un peu journalistique mais j’avais adoré sa façon de conter, un talent indéniable. Je vous recommande vraiment ce livre, ces petites histoires font une quarantaine de pages chacune et ça se lit très bien. Un livre très intéressant qui m’avait passionné, on apprend plein de choses sur les mystères de l’histoire.

Voici les 10 histoires que l’on peut découvrir dans cet ouvrage :

1. Champollion, l’homme qui fit parler l’Egypte à une histoire que j’ai adoré avec la pierre de rosette

2. L’île de Pâques : l’énigme résolue ? à j’avais adoré cette histoire sur ces mystérieuses statues !

3. Jeanne d’Arc, princesse royale ?

4. Dracula, de l’empaleur au vampire àici on découvre le Dracula historique, cruel et sadique, vraiment pas pour les enfants !

5. Le trésor de la Plata Flota

6. Le découvreur de Tombouctou

7. Pou Yi, dernier empereur de Chine

8. Seul pour tuer Hitler

9. Opération Jéricho

10. Leclerc, sans peur et sans reproche



10.  Les allumettes suédoises, Robert Sabatier


L’histoire touchante d’Olivier un petit parisien de 10 ans qui déambule dans Paris, dans le Montmartre des années 30. Olivier est orphelin, qui a été recueilli par un couple de cousin. C’est un gamin plein de vie plein d’énergie malgré la tragédie qu’il a vécu de perdre ses parents. C’est un livre plein de bons sentiments, à travers les yeux d’Olivier on évolue dans le quartier de Montmartre, dans ses rues animées et très vivantes, il va faire plein de rencontres. C’est un petit garçon curieux, touchant et plein d’idées que j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre. Je n’ai pas lu la suite de ces aventures avec Trois sucettes à la menthe et Les noisettes sauvages mais pourquoi pas lire la suite un jour. En tout cas je ne regrette pas d’avoir découvert ce roman en fouillant dans la bibliothèque de mes parents quand j’avais une dizaine d’années.

C’est un des romans qui m’a donné envie d’aller à Paris et de découvrir ces rues et ces ambiances bien spécifiques. Ayant grandi en Ile de France, Paris exerçait sur moi une sorte de fascination, elle m’attirait comme un aimant, et j’ai aimé retrouvé Paris et l’ambiance des rues de Montmartre à travers ce livre.


PSSST je parle de tout ça en vidéo si tu as la flemme de lire :