samedi 1 octobre 2016

Les rois maudits, le tome 1 : Le roi de fer. De Maurice Druon

Vous le savez sans doute, et d’ailleurs le bandeau inséré sur le livre nous le rappelle joyeusement (vive le marketing), Les rois maudits c’est la saga française qui a inspiré George R.R Martin pour Game of Thrones.
C’est donc par excès de curiosité que je me suis lancé dans la lecture du premier tome : Le roi de fer.

Titre du livre :
Les rois maudits, tome 1 : Le roi de fer
Auteur :
Maurice Druon
Editions :
Le livre de poche
Genre :
Roman historique
Date de sortie :
Janvier 1971, réédition en janvier 2016
Pages :
316
Thèmes :
Philippe le Bel, templiers, malédiction, complots, intrigues

Résumé éditeur :

Le roi de fer, premier volume du cycle, a pour figure centrale Philippe IV le Bel, roi d’une beauté légendaire qui régnait sur la France en maitre absolu. Tout devait plier ou rompre devant l’autorité royale. Mais l’idée nationale logeait dans la tête de ce prince calme et cruel pour qui la raison d’Etat dominait toutes les autres. Sous son règne, la France était grande et les Français malheureux.

Mon avis :

Dans la préface, Maurice Druon nous explique qu’en 1965 il a retouché son œuvre, sans changer le fond il a adapté le texte et l’a rendu plus accessible. Et ça se ressent bien à la lecture puisque l’écriture est assez fluide et ça passe tout seul. On n’a pas l’impression que ce texte a été écrit il y a 50 ans.

Dans ce roman historique, nous sommes au début du 14ème siècle. Le personnage central est le roi Philippe IV dit Philippe le Bel, roi connu pour sa beauté légendaire mais également pour avoir régné d’une main de fer, d’un pouvoir absolu sur la France. « Tout devait s’incliner, plier ou rompre devant l’autorité royale… sous son règne, la France était grande mais les Français malheureux. »
Philippe le Bel est le roi qui est à l’origine de la destruction de l‘ordre du Temple et du massacre des Templiers. L’ordre du Temple est un ordre militaire au service de la Chrétienté. Ici nous assistons au dénouement tragique du procès des 4 derniers Maitres Chevaliers du Temple, procès qui a duré 7 ans. De 1307 à 1314 ils sont emprisonnés, torturés, massacrés pour différents chefs d’accusation : hérésie, simonie, sodomie, idolâtrie. Environ 15000 Templiers sont massacrés à cette époque.

Nous assistons à la fin tragique de Jacques de Molay sur le bucher et cette scène est capitale dans ce premier tome, elle m’a captivé et fait frissonné.  
Maurice Druon donne vie à la malédiction proférée par ce dernier selon les légendes : « Pape Clément !... Chevalier Guillaume !... Roi Philippe ! … Maudits ! Maudits ! tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ! »
Jacques de Molay profère ces paroles alors qu’il est en train de bruler vif, ces paroles prononcées d’une « voix effrayante », d’un « visage en feu » sont lourdes de sens et vont planer sur toute la suite du roman comme une malédiction sur les principaux responsables de la fin des Templiers.

Hormis cette malédiction, dans le livre on va suivre un complot entre la Reine Isabelle, (reine d’Angleterre mariée au roi d’Angleterre Edouard II, et fille du roi de France Philippe le Bel), et le comte Robert d’Artois, un géant de 27 ans, personnage à l’imposante carrure.

La reine Isabelle est dite « la reine sans amour » car le roi lui préfère la compagnie des jeunes hommes, de plus on sent chez elle de la nostalgie vis-à-vis de son pays d’origine, la France. Vous l’aurez compris malgré son titre glorieux, la reine Isabelle ne mène pas une existence très heureuse. Quant au comte d’Artois il possède en son âme une rancœur féroce vis-à-vis de sa tante la comtesse Mahaut car il a été lésé dans une affaire d’héritage. L’auteur fait référence à l’affaire de la succession d’Artois, l’un des plus grands drames d’héritage de l’histoire de France. Robert d’Artois va nourrir une obsession pour récupérer le comté d’Artois.

Ces deux personnages vont tout faire pour faire éclater au grand jour un scandale à la cour de France. En effet une rumeur à la cour insinue que les belles filles du roi Philippe le Bel, (les épouses de ses fils) seraient infidèles.
Au fil de votre lecture vous découvrirez les intérêts personnels et les enjeux de ces 2 personnages à faire révéler cette histoire d’adultère. J’ai beaucoup aimé tout ce qui tourne autour de ce complot qui prend une place importante dans ce roman, c’est très bien écrit, ça m’a beaucoup intéressé.

Un premier tome passionnant dont la force réside dans le talent de l’auteur à décrire des personnages avec leur force et leur faiblesse, leur moment de doute, notamment avec le roi Philippe le Bel que l’on découvre sous une autre facette. Il en fait des personnages vraiment humains avec tout ce que ça comprend de cruauté, de peur et de doute.

C’est un roman dans lequel on ne s’ennuie pas une seule seconde. Je trouve que l’auteur a su rendre passionnante cette période de l’histoire de France au Moyen Age et pourtant ce n’est pas une période que j’affectionne particulièrement.

Au cours de ma lecture je n’ai pas pu m’empêcher de faire des comparatifs avec Le Trône de fer de George RR Martin.
Il est vrai que dans ces deux sagas nous avons une multitude de personnages. Je suis d’ailleurs reconnaissante à Maurice Druon d’avoir inséré à la fin du roman un répertoire biographique très utile.
J’ai retrouvé dans Les rois maudits ce qui fait la force dans Le trône de fer c’est-à-dire des personnages complexes et nuancés et une trame narrative très riche, une obsession du pouvoir et une énergie démesurée de certains personnages à obtenir ce qu’ils veulent.

On trouve dans cette saga historique son compte en complot, en jeu de pouvoir, en trahison, en jalousie. Je ne peux que vous recommander de lire cette saga historique, pour moi c’est la base et je vais m’empresser de me procurer les tomes suivants.

Cette lecture a été pour moi une excellente découverte. C’est un roman historique très bien documenté qui m’a permis de mieux connaître cette période de l’Histoire à la prémisse de la Guerre de 100 ans. L’auteur m’a impressionné par la qualité de son récit et un talent narratif indéniable.

Citations :

« Honte ! Honte ! Vous voyez des innocents qui meurent. Honte sur vous tous ! Dieu vous jugera. »

« Pape Clément !... Chevalier Guillaume !... Roi Philippe !... Avant un an, je vous cite à paraitre au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment ! Maudits ! Maudits ! tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races !... » p.106

En quelques mots :

Une excellente lecture à la grande richesse narrative ! Bienvenue dans Les rois maudits, bienvenue dans l’Histoire de France, entre intrigues amoureuses et complots, entre tourmente et jeux de pouvoir…


Ma note pour ce livre :
4,5/5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire